Vous êtes ici : Accueil Les premiers aliénistes

Les premiers aliénistes 1800-1860

Apparition d'un nouveau type de médecin l' "Aliéniste" qui consacre tout son temps à fonder, diriger ou réformer des asiles d'aliénés.
Souvent, l'aliéniste habite dans un des bâtiments de son asile, observe et connait tous ses malades individuellement, s'adonne à des recherches d'anatomie cérébrale où il croit que réside le secret des maladies mentales.
Un traitement humain des aliénés fut introduit par plusieurs pionniers : PINEL à Paris, TUKE en Angleterre

PINEL (1745- 1826)

1801 - "Traité médicophilosophique de la maladie mentale ou la manie".

→ retentissement considérable non seulement chez les médecins mais chez les philosophes (HEGEL - MAINE DE BIRAN)

→ par le biais d'une description clinique et de l'institution d'une pratique thérapeutique de la maladie mentale, il apportait un regard nouveau sur la folie - le fou n'est plus un "insensé" , la communication reste possible avec lui, car sa raison n'est jamais totalement perdue

Cet espace de la rencontre possible avec le fou est à l'origine de l'asile qui n'est pas seulement conçu comme lieu de renfermement et d'exclusion.

→ Le traitement moral : parler avec douceur, compatir avec le patient et lui redonner espoir - éléments fondamentaux de toute psychothérapie.

En quelques décennies, échec du traitement moral. A vouloir rentrer dans la "raison du fou", dans la quasi réalité de son délire, l'aliéniste avait buté sur une difficulté majeure, bien illustrée par l'observation qu'il donne dans la première édition de son traité, essai de traitement d'un mélancolique persuadé qu'il est condamné à périr par la guillotine : simulacre de jugement où il est acquitté de toute poursuite, non seulement n'entraîne pas la guérison mais provoque une aggravation.

Dans la deuxième édition, développe son expérience institutionnelle, montre l'importance des relations avec l'entourage familial, le milieu, les autres malades dans déclenchement, persistance, aggravations de la maladie mentale.

On ne peut manquer de citer son surveillant PUSSIN avec qui il travaille à l'Hospice de Bicêtre et qu'il fera venir près de lui quand il sera nommé Médecin-Chef à l'hôpital de la Salpêtrière.


ESQUIROL (1772 - 1840)

1805 - Thèse "Les passions considérées comme causes, symptômes et moyens curatifs de l'aliénation mentale".

A la mort de PUSSIN, est nommé Médecin-surveillant à la division des folles de La Salpêtrière.

1807 - Entreprend le tour de France des lieux de renfermement des aliénés asiles, hospices et prisons.

1819 - Célèbre rapport au Ministre de l'Intérieur "des établissements consacrés aux aliénés en France et des moyens de les améliorer".

Comme PINEL, il voit à la folie des causes à la fois physiques et morales et ramène les maladies mentales à quatre groupes principaux : la démence, l'idiotie, la manie, les monomanies.

Inspira la loi française de 1838.


BAYLE (1799 - 1858)

En 1822, soutient sa thèse "Recherches sur les maladies mentales " dans laquelle il décrit un état de démence avec paralysie générale incomplète

→ Temps essentiel dans l'histoire de la psychiatrie.

→ Description anatomoclinique de l' "arachnitis chronique", de la paralysie générale (dont la nature syphilitique sera soutenue en 1879 par Alfred FOURNIER).

→ Le modèle anatomoclinique de BAYLE devient idéal, et les aliénistes pendant un demi siècle, vont chercher à l'appliquer à la pathologie mentale.

→ Dès lors, dans une perspective organiciste, la psychiatrie lie son sort à celui de la neurologie, à la poursuite des lésions du système nerveux


MOREAU DE TOURS (1845)

Le Haschich et maladies mentales

→ Décrit des accès de confusion hallucinatoire déterminés par absorption de haschich.

→ Considère le rêve comme la clé de notre connaissance de la vie mentale.


MOREL

En 1852, décrit la démence précoce des jeunes gens.

→ Décrit les phobies sous le nom de délires émotifs.

→ Édifie sa théorie de la dégénérescence : processus graduel dont les manifestations s'aggravent d'une génération à la suivante jusqu'au point où les descendants deviennent stériles.

→ Imagine l'éthérisation (anticipation de la narcoanalyse d'aujourd'hui)


FALRET J. Pierre (1794 - 1870)

Décrit la folie à double forme.


Informations diverses

EPSM J.M. Charcot - Le Trescoët - BP 47
56854 CAUDAN Cedex
Tél : 02.97.02.39.39

Plan du site

Mentions légales

Copyright © EPSM Jean-Martin CHARCOT - Morbihan (56) 2017