Vous êtes ici : Accueil Articles de presse 06/07/2005 - La Psy d'urgence c'est rue Braille

06/07/2005 - La Psy d'urgence c'est rue Braille

Ouest-France - 06/07/2005



Le centre de cure de jour dépendant de l'hôpital Charcot a déménagé. Il s'est installé, 50 rue Braille, près de la gare. Psychiatres et infirmiers psychothérapeutes y pratiquent une psy d'urgence, hors les murs de l'hôpital, ainsi que des thérapies familiales et de couples.

Jean-Yves Gautier est psychiatre et psychanalyste. Il dirige le centre de la rue Braille, assure les urgences psychiatriques de Bodélio, est chargé de mettre en place les cellules de soutien psychologique en cas de catastrophe. Son équipe est constituée de deux autres médecins, Marinette Bellec et Loïc Lemoigne, de cinq infirmiers et d'une secrétaire. « Notre vocation première c'est la psy d'urgence, précise-t-il. En règle générale, nos patients ont tenté de se suicider. On essaie de les rencontrer à chaud. » A la différence d'autres hôpitaux, Charcot a préféré mettre en place cette antenne, qui permet à la personne de rentrer très vite dans une phase active de son problème, après son envie de mourir.

500 personnes reçues par an

« Pour certains, la psychothérapie va être assez courte. En revanche pour d'autres, on va très vite comprendre que la racine du malaise remonte à l'enfance. Nous avons alors recours à la psychanalyse, qui peut évidemment durer de longues années. »

La plupart des patients qui fréquentent le centre sont envoyés par le milieu hospitalier, les travailleurs sociaux ou les associations. « Mais la démarche peut être individuelle. Plusieurs pré-entretiens sont alors effectués, avant que nous ne nous décidions à prendre la personne en charge. »

D'année en année, la demande en soutien psychologique ne cesse de progresser. Dans le secteur public comme dans le secteur privé. « 500 personnes sont reçues ici par an. 380 en individuels, le reste en psychothérapie de couple ou familial. » Pour ces entretiens-là, une salle a spécialement été aménagée. Un psychothérapeute est assis avec la famille.

Un autre, caché derrière une glace sans tain, assiste à l'entretien. Il peut aussi le filmer et l'enregistrer. « Nous présentons bien sûr ce dispositif aux personnes qui nous consultent. Il est très rare qu'elles refusent le principe. » Les sujets sont souvent lourds, tels que la violence, l'inceste. « Dans ce cas précis, nous tentons renouer le lien entre la mère et l'enfant. »

En outre, Jean-Yves Gautier assiste à un accroissement de prise en charge demandeurs d'asile. « Ils nous sont envoyés par les associations. On n'imagine pas les sévices qu'ils ont subis dans leurs pays d'origine. Ils arrivent ici, complètement traumatisés. »

Françoise ROSSI.

Informations diverses

EPSM J.M. Charcot - Le Trescoët - BP 47
56854 CAUDAN Cedex
Tél : 02.97.02.39.39

Plan du site

Mentions légales

Copyright © EPSM Jean-Martin CHARCOT - Morbihan (56) 2017