Vous êtes ici : Accueil Articles de presse 31/05/2005 - La psychiatrie soigne près de chez vous

31/05/2005 - La psychiatrie soigne près de chez vous

Ouest-France - 31/05/2005

l'hôpital Charcot ouvre le centre Danvez au cœur d'Hennebont.

Le centre hospitalier Charcot décentralise. Au cœur d'Hennebont, le centre Danvez ouvre mercredi en ville. Une proximité voulue pour soigner sans exclusion. Pour les ados, en 2006, Charcot investira aussi à Lorient-centre cette fois.

"Pour se refaire, pour se reconstruire", il y a  désormais à Hennebont, le centre de jour "Danvez". L'outil de consultations psy voulu par l'hôpital Charcot ouvre mercredi.

"Trouver 400 m² en centre ville, c'est remarquable !"
Le docteur Daumer et son équipe ne sont pas peu fiers de la structure installée en rez-de-chaussée de la maison de retraite La Colline. Des équipements neufs, en synergie. "C'est un redéploiement de personnel, explique la directrice de Charcot, avec trois médecins, une psychologue, six infirmiers et trois autres pour soigner à domicile. Le bâtiment, (483 000 € investis), complète l'offre de structures alternatives à l'hôpital".

Car l'idée qui préside ici est bien d'intervenir au plus près pour éviter des hospitalisations à temps plein. Le centre dispose de 12 places en hôpital de jour et n'a pas de limite en matière de consultation. "Nous allons recevoir des personnes qui ne se seraient sans doute jamais présentées à Charcot". Le centre offre une palette de soins légers. Qui peuvent, après analyse, avoir des prises en charge différentes en fonction des pathologies. Quelques 600 personnes à accueillir dont un tiers sont atteintes de troubles psychotiques.

"Hennebont est une plaque tournante dynamique. Mais aussi une vile où des jeunes sont en souffrance. Les problématiques apparaissent de plus en plus tôt." C'est également à eux que pense le docteur Daumer. Dans cette optique, Charcot ouvrira à Lorient en 2006 une maison pour adolescents. Un bémol, cependant, malgré la création du plan de santé mentale, la baisse du budget Charcot, (200 000 €), a fait l'effet d'une "douche froide" : "Après le drame de Pau, on s'attendait au contraire. Dommage, soulignent les praticiens. Nous manquons cruellement de moyens pour les détenus de Ploemeur qui en ont pourtant bien besoin".

Pierre WADOUX.

Informations diverses

EPSM J.M. Charcot - Le Trescoët - BP 47
56854 CAUDAN Cedex
Tél : 02.97.02.39.39

Plan du site

Mentions légales

Copyright © EPSM Jean-Martin CHARCOT - Morbihan (56) 2017