Vous êtes ici : Accueil Articles de presse 11/03/2005 - Maladie mentale : les soins font débats

11/03/2005 - Maladie mentale : les soins font débats

Le Télégramme - 11/03/2005

Une semaine de sensibilisation du public du lundi 14 au samedi 19 mars

Depuis dix ans, l'Union nationale des familles de madades psychiques se bat pour une meilleure prise en compte des maladies mentales. Un combat de longue haleine.« Pour nous, l'encadrement social est la prothèse du malade mental », lâche Guy Pieron, président morbihannais de l'Union nationale des familles de malades psychiques, fédérant 150 familles dans le Morbihan. Elle propose, pour la dixième année consécutive, une semaine de sensibilisation sur le sujet du 14 au 19 mars.

L'objectif est de faire connaître les infrastructures qu'elles soient imposantes, comme les hôpitaux Charcot de Caudan ou de Saint-Avé, les cliniques privées de Séné, Larmor et Bréhan, ou les relais de proximité que constituent les centres médico-psychologiques. Ces centres sont souvent la première réponse au problème qui survient, avec les infirmiers de secteurs et les travailleurs sociaux.

« Il y a encore souvent un déni de la maladie », poursuit Guy Pierron. La maladie mentale, cela dérange, cela fait peur », car elle n'est pas si rare. Pour les schizophrénies, par exemple « 1 % de la population est porteur de la maladie », qui frappe souvent à l'adolescence. Sans trop prévenir. « Quelqu'un qui ne vit pas avec un malade mental ne peut imaginer ce que c'est. Faire face, c'est l'axe principal de notre action. » Aussi difficiles à affronter les psychoses maniaco-dépressives, avec de « subites variations d'humeur ».

L'Unafam regrette aussi « un déni de la maladie, car un malade mental, ce n'est pas écrit dessus. C'est la grande difficulté de la reconnaissance de la maladie. » Cette détresse tient aussi du fait que les médecins généralistes soient peu formés à ce type d'affections mentales. En réaction, plusieurs solutions d'hospitalisations existent, depuis le placement volontaire,  jusqu'au placement d'office, qui fait l'objet d'un double contrôle médical et d'une vérification des instances préfectorales, un contrôle légal pour bien encadrer de telles décisions.

Informations diverses

EPSM J.M. Charcot - Le Trescoët - BP 47
56854 CAUDAN Cedex
Tél : 02.97.02.39.39

Plan du site

Mentions légales

Copyright © EPSM Jean-Martin CHARCOT - Morbihan (56) 2017