Vous êtes ici : Accueil Articles de presse 17/01/2004 - Charcot : projets limités faute d'argent

17/01/2004 - Charcot : projets limités faute d'argent

Ouest-France - 17/01/2004

Cérémonie de voeux hier au centre hospitalier de Charcot. Ici, la directrice de l'établissement Marie-Christine Corbel, le président du conseil d'administration Pierrik Nevannen, le président de la commission médicale d'établissement Philippe Houang. Les médaillés avec quelques retraités de l'année 2003. Outre les mouvements de personnel, l'établissement hospitalier a fait face à quarante départs en retraite l'an dernier. Charcot, comme la majorité des établissements, a des difficultés à compenser les départs des cadres de santé.

Faute de moyens, l'établissement hospitalier spécialisé Charcot est dans l'impossibilité de financer l'ensemble de ses projets. La direction le regrette et l'a fait savoir hier, lors de la traditionnelle cérémonie des voeux.

Décidément, le climat est loin d'être serein en milieu hospitalier. Au centre spécialisé de Charcot, le contrat d'objectifs et de moyens 2003/2007 signé le 19 décembre avec l'Agence régionale d'hospitalisation, passe mal. « Il n'est pas satisfaisant, car il ne prévoit pas de moyens supplémentaires de fonctionnement pour maintenir le dispositif à son niveau actuel et réaliser des actions nouvelles. Ces dernières étaient pourtant jugées prioritaires par le projet d'établissement approuvé à l'unanimité le 20 mai », explique Marie-Christine Corbel, la directrice. 2004 commence donc par ce constat : l'engagement de Charcot portera sur des objectifs limités.

9 800 patients pris en charge

« Certes, nous avons obtenu une subvention d'investissement dans le cadre du plan Hôpital 2007, précise le président du conseil d'administration Pierrik Nevannen. Mais il n'est pas prévu d'allocations pérennes pour Charcot. » Une situation qui préoccupe l'élu. « Tout le monde reconnaît la qualité du dispositif de prise en charge des patients. Et pourtant, déjà en 2002, les moyens attribués au centre hospitalier n'étaient pas à la hauteur de ses obligations et de ses missions toujours croissantes. » 9 800 patients ont été pris en charge en 2003.

Le centre hospitalier Charcot va poursuivre sa mission, tant bien que mal. « Une priorité est la réadaptation sociale de nos patients. Préparer leur sortie du centre est très important. Mais nous ne pouvons pas travailler seuls, et il est difficile de trouver des partenaires », regrette Philippe Houang, président de la commission médicale d'établissement. Deuxième point qu'il a soulevé : le souci de l'établissement et de son personnel d'être au plus près des patients. De nombreux chantiers vont dans ce sens. Le 5 février, la direction va inaugurer le centre de jour de psychiatrie infanto juvénile, qui a ouvert à Hennebont en janvier 2003. Elle se réjouit de la construction imminente d'une structure de soins ambulatoire et à temps partiel de psychiatrie infanto juvénile, rue Jean-Cras dans le quartier Bois-du-Château. « La démolition de l'ancien bâtiment a commencé. »

Outre le projet d'implantation d'une structure ambulatoire de psychiatrie générale, clinique Pinel à Hennebont, la direction suivra aussi le dossier de création du foyer d'accueil médicalisé au centre de Plouay. Le début des travaux est prévu au printemps.

Loïc TISSOT.

Informations diverses

EPSM J.M. Charcot - Le Trescoët - BP 47
56854 CAUDAN Cedex
Tél : 02.97.02.39.39

Plan du site

Mentions légales

Copyright © EPSM Jean-Martin CHARCOT - Morbihan (56) 2017