Vous êtes ici : Accueil Articles de presse 06/02/2003 - Survivre au suicide de l'un des siens

06/02/2003 - Survivre au suicide de l'un des siens

Ouest-France - 06/02/2003

Accompagner les familles pour reprendre une existence

Les Docteurs Soudan (à gauche) et Daumer, responsables de l'unité d'accompagnement de Lanester

Depuis deux ans et demi, à Lorient, les familles touchées par un suicide peuvent bénéficier de l'aide précieuse des docteurs Daumer et Soudan. L'unité d'accompagnement qu'ils ont ouverte à Lanester, tente de les réconcilier avec l'existence.

" Aucune situation n'est pas comparable, chaque famille a son histoire, résume le docteur Daumer. Le point commun de tous les suicides, c'est la soudaineté de l'événement, sa brutalité qui plonge toutes les familles dans un état de sidération." Tout s'arrête net et la famille, percutée, fait les comptes. "On cherche les responsabilités de chacun, du père, de la mère, des frères et sœurs ..." , Des comptes en parole.

Pire, ou toujours est-il plus déstructurant encore que cet enfermement familial, "il y a le jugement porté par l'environnement extérieur, réel ou ressenti par la famille. " Une attitude qui, elle aussi, cloître les familles dans leur malheur. Ce regard de l'autre qui renvoie un sentiment de honte.

Lutter contre la solitude

Pour ces deux médecins, la tâche semble impossible. Réconcilier des parents, des enfants... avec l'existence, alors même que l'un des leurs s'est donné la mort. " Notre boulot c'est de les aider à repartir, explique le docteur Soudan. Mais on sait aussi que certaines familles ne repartiront jamais. Nous essayons de leur faire faire le deuil. "

Le centre reçoit les familles une première fois, pour faire le point sur le chemin qu'elles-mêmes ont parcouru. Des thérapies sont proposées

"Et la précarité de nos relations sociales n'aide pas les familles. Nous avons donc créé un groupe de parole, c'est un lien de solidarité entre les familles qui portent la même douleur, décrit le docteur Soudan. La solitude pose un problème majeur. C'est un phénomène qui ne concerne pas que les personnes touchées par le suicide. "

Les statistiques le montrent, une famille qui a connu un suicide est plus exposée à un nouveau suicide que les autres. Et c'est notamment en luttant contre l'isolement que le risque diminue. "Se replier sur soi,. c'est pathologique." S'ouvrir aux autres, c'est le chemin de la vie, un très long chemin...

Delphine LANDAY.

Unité d'accompagnement des personnes et des familles endeuillées par un suicide ou équivalent,
rue Prat er mor, à Lanester.
Tél. 02 97 84 75 36.

Informations diverses

EPSM J.M. Charcot - Le Trescoët - BP 47
56854 CAUDAN Cedex
Tél : 02.97.02.39.39

Plan du site

Mentions légales

Copyright © EPSM Jean-Martin CHARCOT - Morbihan (56) 2017