Vous êtes ici : Accueil Articles de presse 02/02/2001 - Suicide : une structure pour les familles endeuillées

02/02/2001 - Suicide : une structure pour les familles endeuillées

Le Télégramme - 02/02/2001

Jusqu’à présent l’accent était surtout mis sur les personnes qui commettaient un geste suicidaire. Jean Daumer et Jean-Claude Soudan, deux psychiatres, se tournent vers les familles endeuillées. Ils leur proposent une structure d’accueil spécifique.

Cette initiative est une première. L’idée des deux professionnels lorientais à fait son chemin et aujourd’hui la municipalité, la DRASS et la mutualité du Morbihan la soutiennent. Il ne reste plus qu’à trouver des locaux.

30 familles endeuillées par an

Il y a en moyenne 20 à 30 suicides par an à Lorient. « Si l’on considère que l’entourage de chacune des victimes compte une dizaine de proches cela représente beaucoup de monde. Et ce qu’il faut savoir c’est que ces derniers deviennent à leur tour population à risque. Le taux de suicide est multiplié par 8 voire 9 pour ces personnes. » Les deux psychiatres ont décidé de leur venir en aide.

« Nous allons mener un travail de soutien avec ces familles, en leur proposant une aide pour leur permettre de surmonter cette épreuve. »

Une population à risque

Lorsque survient une mort violente, l’entourage peut en être perturbé à vie. « 80 % des personnes concernées s’en sortent, 20 % subissent un trouble psychique plus ou moins durable et 10 % voient leur vie définitivement orientée par cet événement. Et dans certains cas le proche va jusqu’à reproduire le schéma en mettant à son tour fin à ses jours.

Nous voulons permettre aux proches endeuillés de sortir du guêpier de refoulement et de culpabilité dans lequel ils se retrouvent parfois. Un suicide c’est comme sur la banquise lorsqu’une couche de glace recouvre le paysage. En dessous tout vit à l’état fossile. Il faut enlever cette chape pour que la vie reprenne. »

Une structure neutre


Pour cela les deux psychiatres ont choisi de constituer une équipe composée de deux infirmiers, deux psychologues et d’un psychiatre. « Nous ne souhaitons pas que ces familles soient obligées d’entrer dans le monde psychiatrique pour trouver une aide. Nous leur proposons une structure de soutien neutre, installée en ville. Et nous nous fixons comme impératif d’accueillir quiconque sollicite notre aide sous 24 H. »

C’est en toute simplicité et avec une grande conviction que les deux psychiatres parlent de cette unité d’accueil et d’aide. Et après avoir longtemps travaillé sur le projet, ils attendent aujourd’hui avec une certaine impatience de pouvoir en ouvrir les portes.

Michèle Le Goff

Informations diverses

EPSM J.M. Charcot - Le Trescoët - BP 47
56854 CAUDAN Cedex
Tél : 02.97.02.39.39

Plan du site

Mentions légales

Copyright © EPSM Jean-Martin CHARCOT - Morbihan (56) 2017